dimanche 15 décembre 2013

Ukraine: un choix de civilisation et une victoire à la Pyrrhus de Poutine?

Nous accueillons une contribution de l'excellent Saker sur l'Ukraine et le conflit qui s'y déroule.
http://vineyardsaker.blogspot.fr/2013/11/ukraines-civilizational-choice-pyrrhic.html

Première partie

Le "Choix de civilisation» de l'Ukraine" - une victoire à la Pyrrhus pour la Russie?

 

La dernière décision prise par le gouvernement Ianoukovitch de retarder toute décision sur la signature éventuelle d'un accord d'association avec l'Union européenne a été accueillie par un mélange de choc et l'indignation de la presse système occidentale. À l'unanimité, il a été décrété que ce renversement apparent de Ianoukovitch était lui-même le résultat d'un chantage russe, d'une politique de puissance impitoyable et de menaces à peine voilées. Enfin, les médias ont présenté cette dernière évolution comme une victoire personnelle pour Poutine et une victoire stratégique pour la Russie. Dans un autre triomphe de la forme sur le fond, les commentateurs occidentaux ont offert beaucoup de drame et d'hyperboles mais très peu d'explications sur ce qui s'est réellement passé. Je propose de mettre de côté tout le battage idéologique et de commencer par quelques rappels de base.

 

Ce qu'est réellement l'Ukraine d'aujourd'hui?

 

L' Ukraine dans ses frontières actuelles est une entité complètement artificielle créée par le régime soviétique, dont les frontières n'ont absolument aucun fondement historique. À bien des égards, la RSS d'Ukraine était une "mini Union soviétique, mais en pire " dont la population avait souffert horriblement pendant la majeure partie du 20e siècle ( et avant ). En outre, on néglige souvent que lors des débuts et pendant le régime bolchevique, l'occupation nazie, le régime soviétique après la Seconde Guerre mondiale et depuis l'indépendance, après la chute de l'Union soviétique, l'Ukraine a subi un processus constant de "d'ukrainisation occidentale " : la langue, la politique culturelle et même les mythes nationaux historiquement associés à l' Ukraine de l'Ouest ont pris le pas sur le reste du pays ce qui a donné lieu à des tensions constantes entre l'Ouest pro-occidental et l' Est et le Sud généralement pro-russe . Enfin, dire que l'économie ukrainienne est dans une crise profonde serait un euphémisme. Non seulement l' Ukraine n'a hérité que de vestiges de l'industrie soviétique très lourds et obsolètes, mais elle a été totalement incapable de les utiliser pour démarrer une production vraiment locale de biens et de services. Les seuls segments de l'économie ukrainienne qui ont réussi assez bien sont ceux qui fournissent des biens et des services pour l'économie russe beaucoup plus importante. Dans ce processus, cependant, ces meilleurs segments sont soit devenus complètement dépendants des investissements russes, ou ont effectivement été acquis par des sociétés russes. Aucune de ces réponses, n'est cependant, suffisante pour expliquer la catastrophe absolue qui s'est abattue sur l' Ukraine depuis son indépendance . C'est pourquoi, il est nécessaire de jeter un coup d'œil sur les élites politiques ukrainiennes .


Qui a dirigé l'Ukraine depuis son indépendance ?


Formellement, les présidents Kravtchouk, Koutchma, Viktor Iouchtchenko et Ianoukovitch. En réalité, depuis son indépendance, l'Ukraine est dans la poigne de fer d'oligarques ukrainiens. C'est la chose la plus importante qu'il faut garder à l'esprit si l'on veut comprendre toute la dynamique qui se déroule actuellement entre l'UE, la Russie et l' Ukraine. En Russie, le régime présidentiel a vaincu les oligarques, en Ukraine les oligarques ont vaincu le régime présidentiel. En fait, ces oligarques ukrainiens sont très similaires à leurs homologues russes de l'ère Eltsine. La tragédie de l' Ukraine, c'est qu'il n'y a pas eu de "Poutine ukrainien" et ce qui serait arrivé en Russie sans Poutine a effectivement eu lieu en Ukraine.

Dire que les élites politiques ukrainiennes sont corrompues serait un doux euphémisme. La réalité est bien pire. Tous les hommes politiques ukrainiens sont des prostitués politiques absolument sans scrupules qui peuvent être achetés et vendus et qui n'ont pas de valeurs personnelles quelles qu'elles soient. Rien. Il est assez pathétique de lire dans la presse occidentale que Ioulia Timochenko est une sorte de brûlot nationaliste tandis que Ianoukovitch serait pro-russe. C'est risible! Timochenko et Ianoukovitch et, franchement, tout le reste d'entre eux (Klichko, Symonenko, etc) sont des caméléons politiques qui ont changé leur affiliation à plusieurs reprises et qui se feront un plaisir de le faire à nouveau. Et tout comme le peuple russe avait été manipulé, rendu impuissant et apathique sous le régime des oligarques d'Eltsine, les Ukrainiens le sont aujourd'hui n'ayant aucune personne décente à soutenir ou pour qui voter.

La raison pour laquelle l'accord d'association entre l'UE et l' Ukraine a été présenté par tous les partis politiques (sauf les communistes) comme un «choix de civilisation», une «décision stratégique » et une « étape inévitable ", c'est qu'il serait hautement bénéfique pour l'oligarchie ukrainienne qui est absolument terrifiée par Poutine et veut garder sa position actuelle de pouvoir à tout prix. Certes, la majorité des Ukrainiens à l'Ouest veulent adhérer à l'UE, mais ils n'auraient jamais eu l'influence politique et, franchement, l'argent pour forcer Ianoukovitch et le Parti de des régions à soutenir cet accord. Non, le véritable centre de gravité de l'activisme pro - UE se trouve au sein de l'oligarchie ukrainienne et ses discrets mais puissants «amis» de l'Ouest - les mêmes forces qui ont jeté toutes leurs forces pour Eltsine entre 1990 et 2000 : l'empire Anglo - sioniste et ses États vassaux européens. En revanche, l'opposition à cet accord d'association avec l'UE ont été principalement les milieux d'affaires, petits et moyens, d' Ukraine orientale, qui est essentiellement dépendante de la Russie et qui s'effondrerait immédiatement si la Russie réduisait ses investissements dans les programmes communs. Quoiqu'il en soit, la manière dont les élites ukrainiennes ont traité cette question fait de l'opinion publique un principe sans importance.


Un choix de civilisation fait par une petite élite corrompue?


En essayant de convaincre le peuple ukrainien de soutenir l'association avec l' UE, les oligarques ukrainiens et leurs partisans occidentaux ont très habilement "encadré" la question à un tel degré qu'ils l'ont rendue méconnaissable et impossible pour les gens d'exprimer leur opinion. Pensez-y! Si le choix entre une association avec l'Union européenne et une participation éventuelle de l'Ukraine à une union douanière avec la Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan, l'Arménie et d'autres était vraiment un «choix de civilisation» - un référendum populaire n'aurait-il pas été la seule bonne façon de prendre une telle décision dramatique?- Pourtant, dans la réalité, la décision a été prise par un seul homme : Ianoukovitch. En outre, est-il vraiment juste de parler d'un «choix de civilisation»? La plupart des sondages demandent aux Ukrainiens s'ils veulent adhérer à l'UE , mais ce n'est pas du tout ce qui est offert. Ce qui leur est offert est seulement une association avec l'UE : un accord qui a également été offert à des pays tels que le Chili, l'Afrique du Sud ou l’Égypte (voir ici pour plus de détails). Ce n'est pas du tout une première étape vers une adhésion à l'UE (la Turquie a signé une telle association en 1964 et est toujours en attente; quelqu'un peut-il croire que le Chili va adhérer à l'UE?). Quant à l'entrée dans une union douanière avec la Russie, elle doit encore être négociée car à ce stade, il est impossible de savoir avec certitude ce que les conditions définitives d'une telle union seraient (même si le schéma général est assez clair). Et pourtant, sondage après sondage, la même question est posée: "voulez-vous que l'Ukraine rejoigne l'Union européenne?" En voici un exemple .http://en.wikipedia.org/wiki/Ukraine%E2%80

 The Saker.
Traduction Pour la Syrie

3 commentaires:

  1. ce qu'il y a d'étonnant c'est le refus manifeste et très catégorique de Bruxelles de négociations tripartiques, comme si l'équation ne pouvait admettre d'autre(s) solution(s), et que l'Ukraine devrait par une singulière "allégeance" (sectaire) avec l'UE, s'interdire et se priver de son grand voisin russe.
    http://fr.ria.ru/world/20131129/199906090.html

    tout aussi étrange est cette idée d'un "choix de civilisation" ...
    J'ignorais que quelque part en cet espace ukrainien se trouvait une frontière avec une autre "civilisation" ! laquelle ?
    Peut-être certains considèrent-ils que "l’ancien bloc socialiste" n'en finit pas d'agoniser et ne s'est pas encore débarrassé de tous ses vieux oripeaux ?

    "Europe : un choix de civilisation", article sous la plume d'un lituanien Tomas Janeliūnas
    http://www.courrierinternational.com/article/2013/11/21/europe-un-choix-de-civilisation

    http://www.tspmi.vu.lt/en/institute/lets-communicate/academic-staff/tomas-janeliunas-33

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est du grand n'importe quoi et très dangereux.

      Supprimer
  2. Strasbourg, 11 décembre 2013

    Nigel Farage dénonce l'ouverture totale des frontières avec la Roumanie et la Bulgarie en Janvier 2014.

    "l'ouverture des frontières à 29 millions de gens pauvres ..."

    "Mais ce n'est pas tout, évidemment, car notre premier ministre, M Cameron, avec le support total du Parti travailliste et des libéraux-démocrates, veut maintenant étendre ce principe d'ouverture des frontières, comme il l'a dit lui-même "depuis l'Atlantique jusqu'à l'Oural". Cela inclut des pays comme le Kazakhstan ou l'Ukraine qui pourraient rejoindre l'UE. J'ai vu que Tony Blair soutient maintenant l'Albanie pour qu'elle rejoigne l'UE."

    Je vous laisse découvrir la pointe d'humour de ce courageux trublion
    à la fin de cette courte vidéo (3:55)
    http://www.youtube.com/watch?v=yLFmHCzAhR0

    merci Monsieur Farage, grâce à des gens comme vous nous ne désespérons pas totalement de la politique



    RépondreSupprimer